Conjonctivite allergique

94
Conjonctivite allergique

Conjonctivite atopique, kératoconjonctivite atopique, conjonctive du rhume de foins, conjonctivite allergique perannuelle, conjonctivite allergique saisonnière, kératoconjonctivite vernale

La conjonctivite allergique est une inflammation de la conjonctive provoquée par une réaction allergique.

Les réactions allergiques causées, par exemple, par des allergènes dans l’air, peuvent enflammer la conjonctive.

Un érythème, des démangeaisons, un gonflement, un larmoiement et un écoulement filandreux sont courants.

Divers collyres peuvent atténuer les symptômes et l’inflammation.

La conjonctive (membrane qui tapisse les paupières et recouvre le blanc des yeux) contient de nombreuses cellules du système immunitaire (appelées mastocytes) qui sécrètent des substances chimiques (appelées médiateurs) en réponse à divers stimuli (comme les pollens, les spores de moisissures ou les acariens). Ces médiateurs entraînent des réactions inflammatoires oculaires, de durée variable. Environ 20 % des personnes présentent, à des degrés variables, une conjonctivite allergique. (Voir aussi Présentation des maladies de la conjonctive et de la sclère.)

Les formes de réaction allergique les plus fréquentes au niveau oculaire sont la conjonctivite allergique saisonnière et la conjonctivite allergique perannuelle ou annuelle (conjonctivite atopique, kératoconjonctivite atopique). La conjonctivite allergique saisonnière est principalement due aux spores de moisissure ou au pollen des arbres, des mauvaises herbes ou du gazon, et apparaît habituellement au printemps et au début de l’été. Le pollen des mauvaises herbes est responsable des symptômes de la conjonctivite allergique l’été et au début de l’automne. Une conjonctivite allergique perannuelle persiste toute l’année. Elle est principalement due aux acariens ou aux poils et squames d’animaux.

La kératoconjonctivite vernale (printanière) est une forme plus importante de conjonctivite allergique, dans laquelle l’allergène déclenchant est inconnu. Cette situation est plus fréquente chez les garçons, en particulier ceux âgés de 5 à 20 ans, présentant également de l’eczéma, de l’asthme ou des allergies saisonnières. La kératoconjonctivite vernale réapparaît en général chaque printemps et disparaît en automne et en hiver. Nombre d’enfants guérissent au début de l’âge adulte.

L’inflammation de la conjonctive provoquée par un virus ou une bactérie, par opposition à une réaction allergique, est appelée conjonctivite infectieuse.

En savoir plus

54321
(0 votes. Average 0 of 5)